EDDA en prose S3E18 : La quête de Baldur et la prophétie de Ragnarök

EDDA en prose S3E18 : La quête de Baldur et la prophétie de Ragnarök

Ah, alors là, on entre dans du lourd, du très lourd. On parle de Baldur, le beau gosse des dieux, et de Ragnarök, la fin de tout. Rien que ça. Les Vikings, eux, ils n'y vont pas par quatre chemins quand il s'agit de drama divin.

Baldur, c'est le beau gosse d'Asgard, le dieu de la beauté, du bien, de l'innocence. Un genre de Brad Pitt divin, si tu veux. Les dieux vikings, ils l'aiment bien Baldur, même si certains pourraient le trouver un peu trop parfait.

Voilà que Baldur commence à faire des cauchemars, des rêves qui sentent le roussi, le Ragnarök, la fin des temps. Ah, ça les Vikings, pour les fins tragiques, ils s'y connaissent. Ragnarök, c'est le crépuscule des dieux, l'apocalypse, le grand final avec le chaos, la destruction, et la mort des dieux.

Alors, évidemment, ça ne plait pas aux dieux vikings, cette histoire de fin du monde. Et Baldur, il se sent investi d'une mission, comme un Viking prêt à partir en guerre. Il décide d'aller chercher des réponses, de se lancer dans une quête pour comprendre ce qui se passe.

Il se lance dans son voyage, à travers Asgard, Midgard, et même le royaume des morts, Hel. C'est du sérieux, pas une balade de santé. Il croise des géants, des monstres, des créatures de toutes sortes. Des trucs de dingue, que même le Viking le plus brave aurait du mal à affronter.

Et la prophétie de Ragnarök, elle se confirme, elle se précise. Il y a du lourd à venir : des batailles épiques, des morts à la pelle, des dieux qui tombent comme des mouches. Ça promet, et pas dans le bon sens du terme. Pour les Vikings, c'est la pire des nouvelles.

La morale de cette histoire ? Ah, c'est du costaud. C'est une leçon de courage, de détermination, même face à l'inévitable. Baldur, il affronte la vérité, il affronte la fin, avec la bravoure d'un Viking. Parce qu'un Viking, il ne recule devant rien, même pas devant la fin du monde.

Mais c'est aussi une leçon sur l'inévitabilité. Même les dieux, même les Vikings, ils ne peuvent pas échapper à leur destin. C'est dur à accepter, mais c'est la vie, ou plutôt, c'est la mort. Et parfois, il faut juste faire face, avec courage et détermination, comme un vrai Viking.

Alors retiens ça, la prochaine fois que tu te retrouves face à une épreuve difficile. N'oublie pas le courage de Baldur, l'audace d'un Viking face à l'inévitable. Parce que parfois, la vraie bravoure, c'est d'affronter la vérité, même quand elle fait mal. Surtout quand elle fait mal

Laissez un commentaire