EDDA poétique S1E16 : La Chanson de Sigurdr

EDDA poétique S1E16 : La Chanson de Sigurdr

C'est parti, faut que je te raconte, une histoire de dragon et de trésor, un de ces contes qui t'empêche de dormir. Alors t'as Sigurd, ce gars, fort comme un bœuf et beau comme un Dieu, un gamin qui n'a peur de rien. Un jour, il décide de se frotter à Fafnir, un dragon si balèze que même les Dieux s'en méfient.

Alors Sigurd, ce petit malin, il creuse un trou et attend que le dragon passe au-dessus. Et là, bam, il lui enfonce son épée dans le ventre et l'envoie ad patres. Mais avant de rendre son dernier souffle, le dragon, il le prévient, il lui dit que le trésor qu'il gardait, ce trésor le maudira, qu'il n'apportera que malheur.

Mais Sigurd, il s'en tape, il prend le trésor, se marie à une princesse et pense qu'il est tiré d'affaire. Mais c'est sans compter sur le destin, ce fourbe. Parce que le trésor, il était vraiment maudit. Et le malheur, il s'abat sur Sigurd et sa belle, ça tourne au vinaigre, et ils finissent tous les deux trucidés, comme des malpropres. Voilà pour la morale de l'histoire, gamin, l'avidité, ça paye pas.

Maintenant, laisse moi te dire ce qu'un philosophe pourrait en penser, un de ces gars qui passent leur temps à penser à la vie, à la mort et à tout le bazar entre les deux.

Cette histoire, elle parle de l'avidité, de la soif de pouvoir, de l'illusion que l'or et les bijoux peuvent apporter le bonheur. Sigurd, il est fort, il est beau, il a tout pour lui, mais il veut plus. Il veut le trésor du dragon, et il est prêt à risquer sa vie pour ça.

Le dragon, il représente le danger de l'avidité, la destruction qu'elle peut causer. Même en mourant, il met en garde Sigurd, lui dit que son trésor n'apportera que malheur. Et Sigurd, il n'écoute pas, il est aveuglé par l'or et les bijoux.

Et le destin, ce fourbe, il a sa façon à lui de régler les comptes. Parce que le trésor, il apporte effectivement le malheur. Sigurd et sa femme, ils finissent trucidés, et tout ça pour quoi ? Pour de l'or et des bijoux.

Cette histoire, elle nous montre que l'avidité, ça ne mène à rien de bon. Qu'on peut être fort, beau, avoir tout pour soi, mais si on n'est pas content de ce qu'on a, si on en veut toujours plus, alors on risque de tout perdre. Voilà la morale de l'histoire, gamin. L'avidité, ça ne paye pas.

Laissez un commentaire