EDDA poétique S1E10 : Le Chant du voyageur

EDDA poétique S1E10 : Le Chant du voyageur

Il était une fois ce gars, Baldr, le plus beau des Dieux. Un mec comme un autre, tu me diras. Mais un jour, le pauvre se met à faire des rêves, des rêves qui font pas du bien, des rêves qui font froid dans le dos. C'est la nuit, le noir total, et voilà que notre Baldr, il voit sa propre fin. Rien que ça, je te jure.

Alors Odin, le vieux, le père de tout le monde, il sent l'embrouille. Il flaire le sale coup. Et il décide de prendre les choses en main. Il chevauche Sleipnir, son destrier à huit pattes, et il s'en va aux enfers pour trouver la vérité, pour savoir ce qui se trame.

Et là, dans ce trou paumé, cette antichambre de la mort, Odin réveille une morte, une vieille sorcière bien flippante. Et il lui demande, il la supplie de lui dire ce qui va se passer. Elle, elle veut pas, elle veut rester tranquille. Mais Odin insiste, il la force à parler.

Et la morte, elle lui dit tout. Elle lui raconte comment Baldr va crever, comment un de ses frères va le venger, comment tout va partir en sucette. C'est la fin des haricots, le Ragnarök approche.

Et Odin, il est là, il écoute, il encaisse. Et il retourne chez lui, le cœur lourd, l'esprit tourmenté. Il sait que l'avenir est sombre, que la fin est proche. Et il sait qu'il ne peut rien y faire. C'est ça, le destin. Une sacrée saloperie.

Et là, je te jure, ça va être la débandade. Un bazar sans nom. Tu vois le genre ? Non ? Ben, accroche-toi, mon vieux, parce que ça va décoiffer.

 

Un philosophe et grand pédagogue, pourrait aborder ce texte en l'examinant à travers une lentille philosophique et mythologique, tout en prenant soin d'établir des liens avec notre monde contemporain. Voici ce qu'il pourrait dire :

"Dans ce passage, nous voyons les Dieux nordiques confrontés à la peur de l'inconnu, une peur universelle et omniprésente dans toute l'histoire de l'humanité. Baldr, le plus beau des Dieux, incarne la fragilité et la finitude de la vie, même pour les êtres les plus puissants et les plus sacrés. Ses cauchemars terrifiants sont l'écho des craintes que nous partageons tous face à notre propre mortalité.

La figure d'Odin, le 'père de tous', est un symbole de la sagesse et de la détermination. Il montre une volonté d'agir, de chercher des réponses face à l'adversité. Son voyage aux enfers est une quête de la vérité, une métaphore du courage et de la résilience face à l'obscurité.

La 'vieille sorcière', quant à elle, incarne le destin et l'inéluctabilité. Elle détient les réponses, mais ces réponses ne sont pas nécessairement celles que nous souhaitons entendre. Elle annonce la fin prochaine, le Ragnarök, et la désolation qui s'ensuivra, symbolisant la fatalité de la vie et la certitude de la mort.

Le retour d'Odin, le coeur lourd et l'esprit tourmenté, nous rappelle la dure réalité du destin et l'incapacité à le changer. Cette prise de conscience est universelle et reflète notre propre lutte avec la finitude et la mortalité.

Enfin, le 'bazar sans nom' qui est annoncé n'est autre que le chaos de la fin, une représentation brute et sans fard de la dévastation finale. Ce n'est pas un tableau agréable, mais il sert à nous rappeler la réalité de notre condition mortelle.

Ce texte, bien que coloré et exubérant dans son langage, porte en lui des thèmes profonds et universels. Il nous invite à réfléchir sur notre propre mortalité, sur la fragilité de la vie et sur notre quête éternelle de vérité et de sens. En fin de compte, ce texte est une invitation à apprécier la vie dans toute sa splendeur et sa complexité, malgré la certitude de notre fin

Laissez un commentaire