RUNE 37 Jera

"Les grands arbres restent, mais c'est toujours l'herbe qui pousse après la pluie." - Proverbe africain

Et voilà qu'on repart, ni plus ni moins qu'un vieux chien qui s'ébranle. C'est pas qu'on ait envie, hein, mais c'est dans l'ordre des choses, c'est comme ça. L'héritage, il est là, il pèse sur nos épaules. Les générations passent et l'on n'en finit pas de compter les cycles, les époques, les âges. C'est pas pour autant qu'on s'y habitue, non, non, on grogne plutôt, on râle, on s'agite dans tous les sens mais au fond, qu'est-ce qu'on y peut ? Rien, absolument rien. C'est le rouage du monde, mon vieux.

L'héritage, ce n'est pas juste les objets, les biens matériels, c'est aussi les idées, les histoires, les légendes, les espoirs et les déceptions. C'est tout ça qui se transmet, qui se perpétue, qui se transforme et qui reste. Y'a pas de fin, pas de but, c'est juste un mouvement perpétuel, un éternel recommencement. On finit un cycle et hop, on en entame un autre, tout aussi dur, tout aussi long, tout aussi... interminable.

Et alors ? Alors rien, c'est la vie. On n'a pas le choix. On doit continuer, on doit aller de l'avant, toujours. On doit affronter les défis, les épreuves, les tempêtes et les ouragans. On doit se battre, se débattre, se tordre et se contorsionner. Et pour quoi ? Pour transmettre, pour laisser une trace, pour marquer notre passage.

C'est ça, le cycle. C'est ça, l'héritage. C'est ça, la continuité. C'est ça, l'évolution. C'est pas facile, c'est pas agréable, mais c'est nécessaire. C'est comme ça. C'est dans l'ordre des choses.

"Le monde est en perpétuelle évolution, seul le changement est constant." - Héraclite