RUNE 39 : Algiz

Le récit, mes amis, bifurque maintenant vers le quinzième chapitre, où l'on fait face à la rune ALGIZ, ce signe qui évoque la protection divine, le bouclier des dieux, la providence qui ne flanche point.

Voyez Sven, notre solide gaillard, abîmé par les embûches, lassé par les batailles, épuisé par les affres du destin. Mais voilà, à l'aube d'une nouvelle épreuve, un protecteur céleste lui est révélé. C'est comme un souffle, comme une présence chaleureuse, comme une lumière dans la pénombre.

Il ne le voit pas, ce protecteur, mais il le sent. Il le sent dans le vent qui balaie la neige, il le sent dans le soleil qui réchauffe son visage, il le sent dans la terre qui porte ses pas. Une protection divine, insaisissable, impalpable, mais indéniable.

Les flèches des ennemis s'écartent de leur trajectoire, les lances se brisent avant de l'atteindre, les épées glissent sur son armure comme si elles rencontraient une force invisible. La rune ALGIZ est là, ce bouclier invisible qui protège notre héros.

Dans cette protection, Sven trouve un réconfort, un courage, une détermination nouvelle. Il se sent invincible, comme porté par une force supérieure. Il marche, il court, il combat avec une énergie renouvelée. Il devient l'incarnation de l'ALGIZ, le bouclier divin, le protecteur des faibles.

Et au cœur de la bataille, malgré le chaos, malgré la violence, malgré la mort, Sven sourit. Il sourit parce qu'il sait qu'il n'est pas seul, parce qu'il sait qu'il est protégé, parce qu'il sait qu'il a un destin à accomplir.

C'est ça, l'ALGIZ, c'est ça, le bouclier des dieux. C'est cette protection, cette force, cette confiance qui te porte, qui te guide, qui te soutient. C'est ce qui fait de Sven non seulement un guerrier, mais un héros. Un héros protégé par les dieux, un héros guidé par le destin, un héros béni par l'ALGIZ.