RUNES 35 : Nautiz

Dixième chapitre, et voici que le froid se pose comme une chape de plomb sur notre histoire. Un froid mordant, perfide, qui s'insinue sous les peaux de bêtes, sous les armures, sous la peau. Nauthiz, la rune de la nécessité, celle de l'épreuve, celle qui impose la survie comme seule finalité.

Sven, notre héros cabossé, notre guerrier abîmé par la bataille, et ses compagnons sont pris dans les crocs de l'hiver. Le monde autour d'eux est blanc, figé, comme un tableau de glace. La vie est suspendue, l'animation s'est retirée, se terrant dans les tréfonds des abris, des grottes, des maisons.

Il faut manger, mais les bêtes se cachent, la chasse est maigre. Il faut boire, mais l'eau est gelée, figée comme le cœur de l'hiver. Il faut se chauffer, mais le bois est couvert de neige, humide et réticent à brûler. Tout est une épreuve, tout est un combat, tout est une lutte.

Sven découvre une nouvelle face de la guerre, une bataille sans épée, sans bouclier, sans ennemi visible. C'est une guerre contre le froid, contre la faim, contre la soif. C'est une guerre pour la vie, pour la survie, pour l'existence.

Et dans ce combat, il découvre une nouvelle force, une nouvelle résilience, une nouvelle détermination. Il découvre que l'homme est aussi un animal, qu'il peut se battre, qu'il peut résister, qu'il peut survivre.

Il découvre aussi que la camaraderie est un feu qui réchauffe, que la fraternité est une couverture qui protège, que l'amitié est une soupe qui nourrit. Il découvre que même dans le froid de l'hiver, dans le blanc du gel, dans le silence de la neige, on peut trouver de la chaleur, de la couleur, de la vie.

Et c'est ainsi que se termine ce dixième chapitre, laissant Sven et ses compagnons dans le froid de l'hiver, dans la blancheur de la neige, dans le silence de la glace. Mais leur histoire continue, leur combat continue, leur survie continue. Le printemps viendra, la neige fondra, la vie reviendra. Et ils seront là pour l'accueillir.