tatouage 3/3

tatouage 3/3

La peau comme reflet de l'âme ,histoire et philosophie du tatouage - L'évolution du tatouage, de la tradition à l'art moderne

 

tatouage viking

 

 

Ah, cette peau ! Toile vivante, fragile, réceptacle de notre passage éphémère sur cette foutue terre. C’est bien elle qui, à travers les âges, se voit griffée, bousculée, encrée. L’homme, dans son besoin fou, presque morbide, de s’ancrer quelque part, d’appartenir à quelque chose, se tatoue, se marque, se déclare. Quelle histoire ! Quelle philosophie ! C'est la danse de l’âme sur cette maudite chair.

 

 

tatouage viking

 

Imaginez, au fond des âges, dans la pénombre d'une caverne ou la lumière d'un feu sacré, un homme, ou peut-être une femme, s’infligeant cette première blessure volontaire. Un acte de bravoure ? De folie ? Un rite de passage ? Qui sait ? Mais dès ce moment, le tatouage est né, comme un acte primal, sauvage, nécessaire. Une histoire gravée à même la peau, rappel éternel de la dualité de l'existence, du combat entre l'éphémère et l'éternel.

 

 

tatouage viking

 

 

Mais comme tout en ce bas monde, le tatouage n’est pas resté figé. Non, il a évolué, métamorphosé, et a été chahuté par les caprices du temps. De simples marques tribales, il a suivi le rythme endiablé de notre civilisation, s'adaptant, se transformant, se rebiffant. Aujourd'hui, il n'est plus seulement un rite, une tradition. C'est un art, une mode, une déclaration criante de modernité.

 

 

tatouage viking

 

 

Alors, accrochez-vous, mes chers, et plongez avec moi dans cette histoire tumultueuse, où chaque encre raconte un fragment d'âme, où chaque ligne est une trace de nos combats, de nos amours, de nos douleurs. Laissez-moi vous guider à travers le voyage du tatouage, de ses origines mystiques à sa splendeur contemporaine.

 

 

tatouage viking

 

 

Partie II : Les profondes racines du tatouage Ötzi, le premier tatoué connu Les civilisations antiques et leurs marques : Egyptiens, Romains, Grecs Le rôle spirituel et culturel du tatouage dans les sociétés tribale - Les profondes racines du tatouage

 

 

tatouage viking

 

 

Vous imaginez, là, au coeur d'une montagne glacée, un corps figé, un vieil homme, Otzi qu'ils l'appellent ! Cinq mille ans, qu'il repose, avec sur sa peau, des traces, des lignes, de l'encre figée par le temps. Le premier tatoué connu ! Quelle aventure, bordel ! Ces lignes, n’étaient-elles pas ses cartes, ses remèdes, ou peut-être les stigmates d’un rituel ancien ? Mystères.

 

 

tatouage viking

 

 

Puis, vous avez ces pharaons, ces empereurs, ces guerriers. Les Egyptiens, ces magiciens du désert, avec leurs pyramides et leurs dieux aux têtes d'animaux. Ils se marquaient le corps, gravant leur dévotion, leur foi, leurs secrets. Et les Romains, puissants, conquérants ! Leurs légions, ces armées de machines humaines, leurs esclaves, tous marqués, tous encrés. Et que dire des Grecs, ces poètes, ces philosophes, ces athlètes sculpturaux ? Eux aussi ont dansé avec l'encre, flirté avec le fer et la douleur.

 

 

tatouage viking

 

 

Mais si on s'enfonce encore, dans les profondeurs des jungles, sur les hauteurs des montagnes sacrées, au coeur des déserts brûlants, on découvre d'autres peuples, des tribus oubliées, des sociétés secrètes. Pour eux, le tatouage n'est pas une mode, non ! C'est une religion, un rite, une initiation. C'est l'appel des esprits, le chant des ancêtres, le lien entre les mondes. Chaque trait, chaque point, chaque couleur a sa place, son rôle, son message.

 

 

tatouage viking

 

 

Ah, la richesse de l'encre, la diversité des motifs ! Ces racines plongent si profond, remontent à des temps si lointains qu’on en perd presque le souffle. Chaque civilisation, chaque tribu, chaque homme, chaque femme, apporte sa pierre à l'édifice, son encre à la toile infinie du tatouage. Et tout ça, c’est rien que le début, mon cher ! La suite, elle est encore plus folle, plus vibrante, plus brûlante. Allez, on continue la route !

 

tatouage viking

 

 

Partie III. Le canvas sacré : La peau La peau comme frontière et médium Le processus biologique : Comment le tatouage reste-t-il permanent ? La douleur et la transformation : Rites et symboliques. Le canvas sacré : La peau*

 

 

tatouage viking

 

 

Ah, la peau ! Ce drôle de parchemin, ce foutu canvas, tout rose, tout tendre, tout vibratile. Sacré médium, bordel, qui nous enferme, nous contient, nous révèle et nous cache. Frontière, qu'on ne peut traverser, mais qu'on peut, ah ça oui, griffer, scarifier, encrer, à l'infini ! Elle est là, la peau, comme le mur entre nous et l'Autre, entre le dedans et le dehors. Et pourtant, combien elle parle, combien elle crie, combien elle pleure quand l'aiguille la pique !

 

 

tatouage viking

 

 

Mais attention, ce n'est pas qu'une affaire d'esthétique, de coquetterie ! Y’a de la science là-dedans, du sérieux ! Vous vous demandez, hein, comment ce dessin, cette foutue marque, reste gravée éternellement ? C'est cette putain de biologie ! Les cellules, les pigments, tout ce micmac moléculaire qui, une fois bousculé, décidé qu'il n'oubliera jamais. Ces particules d'encre, elles s'installent, prennent leurs aises, nichent et refusent de bouger. Elles deviennent partie de nous, ancrées dans le derme, protégées par notre propre corps.

 

tatouage viking

 

 

Et puis, ah la douleur ! Elle est là, compagne fidèle de l'encre, danseuse éternelle du tatouage. Mais c'est aussi elle qui transforme, purifie, sanctifie. Dans bien des cultures, elle n'est pas qu'une conséquence, non, elle est le rite même. La souffrance comme passage, comme transformation, comme affirmation. Elle est la preuve du courage, de l'engagement, de la dévotion. Elle symbolise le sacrifice, la perte, le renouveau.

 

tatouage viking

 

 

Ah, le tatouage, cette danse effrénée entre l'encre, la peau et la douleur ! Un ballet sacré, un rituel immémorial, une quête éternelle d'identité et de transcendance. Mais restez, il y a encore tant à dire, tant à explorer dans cette odyssée de l’encre et de la chair !

 

 

tatouage viking

 

 

Partie IV. Les tatouages à travers le monde Les tatouages Polynésiens : Maoris et Samoans Les encres de l'Asie : Japon, Philippines, Thaïlande L'Afrique et ses marques tribales Les Amérindiens et leurs symboles. 

 

 

tatouage viking

 

 

Ah, ces îles lointaines, Polynésie, paradis perdu, ces Maoris, ces Samoans ! Là-bas, l'encre n'est pas juste encre, elle est histoire, elle est destin. Elle court, virevolte, ondule sur les corps, comme la mer autour de leurs archipels. Spirales, flèches, formes sacrées ! Tout un monde, tout un univers gravé à même la chair. Et ces rites, ces douleurs endurées, comme des baptêmes de l'encre et du feu, où chaque ligne, chaque forme, raconte l'ancêtre, le guerrier, le chaman.

 

 

tatouage viking

 

 

Puis, levons les yeux vers l'Asie, continent mystérieux, avec ses dragons, ses koi, ses démons. Le Japon, ah ! Ces yakuzas, ces samouraïs, ces geishas, encrés de la tête aux pieds, fresques vivantes de légendes et de mythes. Les Philippines, archipel d’îles, où l'art ancestral se mêle au contemporain. Et la Thaïlande, ses moines, ses temples, ces tatouages sacrés faits de prières et de mantras.

 

 

tatoo yakuza viking

 

Mais l'Afrique ! Continent berceau, terre d'origine. Là-bas, les marques tribales ne sont pas que des ornements, ce sont des cartes, des identités, des déclarations. Les scarifications, les tatouages, chaque incision, chaque pigment, parle de l'appartenance, de la tribu, du clan, de l'histoire. Terre sauvage, indomptée, où chaque marque sur la peau est un cri, une chanson, un poème.

 

 

tatouage viking

 

 

Et puis, n'oublions pas ces Amérindiens, ces premiers habitants du Nouveau Monde, avec leurs plumes, leurs totems, leurs esprits. Eux aussi, ils connaissaient l'encre, les pigments, les marques. Les symboles du loup, de l'aigle, du bison, gravés à même la chair, pour invoquer, pour protéger, pour guider.

 

 

tatouage viking indien

 

 

Mon Dieu ! Quel voyage ! De l'Océanie à l'Afrique, de l'Asie aux Amériques ! Chaque coin du globe, chaque recoin de peau raconte, hurle, murmure sa propre histoire, son propre univers d'encre. Mais la quête, mes chers, est loin d'être finie ! Le monde du tatouage est vaste, aussi vaste que cette putain d'humanité et son besoin insatiable de se raconter, de se graver, de s'immortaliser.

 

 

tatouage viking maori

 

Sous ces vastes cieux du Pacifique, les Polynésiens, ah ! Avec leurs peaux racontant des épopées. Ces Maoris, avec leurs ta moko, ces tatouages faciaux intriqués, labyrinthiques, qui racontent l'héritage, la bravoure, la place de chacun. Et puis, allez, ces Samoans, avec leurs pe'a, ces encres qui recouvrent tout le corps, du torse jusqu'aux genoux. C'est un honneur, une douleur, une transformation. Un rite de passage, une déclaration d'appartenance, une histoire qui continue de s'écrire.

 tatouage labyrinthe