Bague viking Fer de main

  • En solde
  • Prix régulier€38,99
  • Sera en stock à compter de
Taxes incluses.

L'offre est terminée
  • Paiement Sécurisé
  • En stock, expédié sous 24/48h
  • 12 personnes regardent ce produit
  • Il y a 3 commandes en cours
  • Plus que 4 en stock

    • Description
    • avis
    • symbolique

    Bague en acier inoxydable

     

    Il était une fois, au plus haut de l'époque viking, un guerrier du nom d'Erik le Rouge. Dur comme un roc, l'air toujours embué de mer salée, avec une barbe en flamme et un regard capable de faire trembler un ours. Ce gaillard était aussi courageux que l'acier dont étaient forgées ses armes, et sa réputation filait devant lui comme un drakkar à pleine voile. Il était brave, oh oui, brave comme un homme peut l'être, mais il n'avait rien de ces beaux discours, des poèmes épiques, il ne savait que l'action, l'action crue, brutale et tranchante.

    Un jour, lors d'un pillage sur un monastère paumé au fin fond de l'Angleterre, Erik a trouvé quelque chose. Une chevalière en acier, couleur or, avec une surface aussi plate qu'un rectangle. Elle était simple, sans prétention, sans ces fioritures qui font le plaisir des nobles efféminés. Elle était là, dure et ferme, comme le destin qui se préparait pour Erik.

    Et c'est là que tout s'est gondolé, là où ça a déraillé, là où le vent a tourné. Le guerrier a senti une fascination étrange pour cette bague, une attirance presque maladive. Il a voulu la garder, la porter, la faire sienne. Elle est devenue sa compagne, son talisman, sa malédiction. Erik, si fort, si brutal, est devenu obsédé par un simple morceau d'acier.

    C'est drôle, non ? Comme le monde peut tourner, comme le destin se fout de nous, comme on peut passer du conquérant à l'obsédé. Mais c'est la vie, c'est comme ça, et c'est ce qui donne sa saveur à tout ça, son amertume, sa douceur, son ironie.

    Les jours, les mois, les années passaient, et Erik était toujours avec sa bague, toujours là, à la contempler, à la caresser, à s'y perdre. Les autres vikings le regardaient, ils le jugeaient, ils le méprisaient. Et lui, il s'en foutait, il s'en fichait, il avait sa bague, son précieux, son seul amour.

    Jusqu'au jour où Erik est mort. Il est mort sur un champ de bataille, loin de chez lui, loin de son drakkar, loin de sa mer. Il est mort, et la bague était là, toujours là, dans sa main, aussi ferme et dure que lui.

    Et c'est ça l'histoire d'Erik le Rouge, le viking qui a tout perdu pour une chevalière en acier. C'est l'histoire de l'homme et de l'objet, de l'amour et de l'obsession, de la vie et de la mort. C'est une histoire triste, une histoire dure, une histoire qui fait réfléchir, qui fait se demander si on n'est pas tous un peu comme Erik, si on n'est pas tous un peu obsédé par quelque chose, par quelqu'un, par une idée, par un rêve.

    Mais c'est la vie, et c'est comme ça, et c'est ce qui donne sa saveur à tout ça, son amertume, sa douceur, son ironie. Et on continue, on avance, on vit, avec nos obsessions, nos rêves, nos peurs, nos amours. Comme Erik le Rouge, comme tous les vikings, comme tous les hommes. Et ça, ça vaut la peine d'être vécu, ça vaut la peine d'être raconté, ça vaut la peine d'être partagé. Alors voilà, c'était l'histoire d'Erik le Rouge, et de sa chevalière en acier couleur or.

     

    mesurer la taille de chevalière