EDDA en prose : La création du monde par les dieux

EDDA en prose : La création du monde par les dieux

"Le chaos est une échelle", résonnait l'adage dans les vieilles sagas.

Et alors, mes chers petits, nous allons plonger dans la vision profondément enracinée de ces vikings audacieux quant au prélude de l'existence, au début des âges. Un cosmos inoccupé, un vide gelé au septentrion, un tumulte incandescent au méridien, et entre les deux, un abysse sidéral, aussi silencieux que la crypte la plus secrète.

Mais attendez, l'intrigue se densifie. Au sein de ce fatras cosmogonique, émerge Ymir, le géant originel, engendré de la transpiration de la terre, un colosse exsudant, dégoulinant. Nous évoquons ici le premier viking, un viking de gel et de sel. Le visualisez-vous ? Un titan perlant de toutes parts, enfanté par les caprices de la nature, le chaos primordial. Alors, voilà qu'Ymir sombre dans le sommeil, et durant sa torpeur, il sue encore plus, tel un viking en plein labeur, et de cette sueur émergent d'autres géants. En effet, vous ne rêvez pas, les géants sont issus de la sueur d'un autre géant. C'est presque lyrique, à la façon viking.

titan viking

Mais l'histoire devient véritablement jubilatoire lorsque les dieux foulent la scène. Nous avons Odin, le patriarche de tous les vikings, et ses deux frères. Ils arrivent, ils aperçoivent Ymir, ce mastodonte gelé qui transpire des géants, et ils se disent:  "Que diriez-vous de donner un nouveau sens à cette masse glaciale!", qu'est-ce qu'ils parlent bien ces putains de dieux et ce sens de la formule, waouh!

Ils rassemblent leur courage, et hop, ils foudroient le géant. En effet, ils exterminent le premier viking ! Ils le démantèlent, utilisent ses os pour façonner les montagnes, son sang pour créer les mers, ses cheveux pour les arbres, son crâne pour le ciel et son cerveau pour les nuages (N'est-ce pas magnifique, cette inventivité viking ?).

C'est de cette manière barbare et brutale que les vikings conçoivent la création du monde. Aucune délicatesse, aucune poésie, juste du sang, des os, de la sueur et des larmes. C'est du viking pur et dur! Voilà comment notre terre a vu le jour, selon nos amis vikings.

Et quelle leçon peut-on tirer de tout cela ? Que même la plus grande brutalité peut donner naissance à quelque chose de sublime. Que rien n'est jamais perdu, que même dans le chaos le plus total, la vie trouve un chemin. Que même un géant de glace et de sel peut devenir le monde tel que nous le connaissons. Et surtout, que les vikings sont vraiment frappés cu ciboulot! Mais oh combien nous les adorons pour cela...Et puis rien n'aurait existé sans eux, tous les autres trucs religieux, m'est avis que ça tient moyen la route!

"Ainsi, dans chaque fin, réside un nouveau commencement" comme le dirait notre skald, le robuste et éloquent Ansgar le Sagace, qui s'avance pour interpréter son poème intitulé "Un cosmos vide, un néant glacial dans le nord, un chaos de feu dans le sud": Il aime les titre long, c'est un Macel Proust des glaciers...

 Skald viking chantant dans le ningagap

 

"Un cosmos vide, voilà le commencement,

Un néant glacial dans le nord, un réveil effrayant,

Un chaos de feu dans le sud, une tempête ardente,

Entre eux, un vide, silencieux et pourtant présent.

 

Au cœur du foutoir cosmique, Ymir fait son entrée,

Né de la sueur de la terre, dans la lumière projeté.

Un viking de glace et de sel, transpirant la virilité,

Créé par le chaos, la vie s'est manifestée.

 

Puis, voilà Odin et ses frères, les dieux vikings,

Contemplant Ymir, source de tous les êtres vivants.

'Ici gît notre monde, dans ce géant suintant',

Un projet audacieux, un acte époustouflant.

 

Entre en jeu les cuivres, leurs cornes se barrent de leurs casque tellement qu'il font du raffut mais c'est le commencement du monde qu'il célèbre alors faut ce qui faut :

3 vikings jouent des cuivres

 

Le géant fut démembré, dans une danse macabre,

Ses restes transformés, dans une vision sobre.

Des os, des montagnes ont surgi, de son sang, les mers,

Et de son cerveau tourmenté, les nuages dans les airs.

 

C'est ainsi que le monde fut créé, dans le cœur viking,

Un récit brutal, poignant, mais aussi magnifique.

Le chaos a donné naissance à une vie frénétique,

Dans le néant glacial et le chaos de feu, la magie s'est mise en pratique."

 

Ansgar termine son poème, les yeux brillants,

"Et n'oubliez pas, mes chers, 'Dans le chaos, trouve la simplicité.

Dans le discord, trouve l'harmonie.

Au milieu de la difficulté, réside l'opportunité.'

C'est ce que nous enseigne le récit viking de la création du monde."

..

Bague viking des geants nés d'Ymir

Laissez un commentaire