RUNE 41 : Sowilo

Ah, voilà que se pointe notre seizième chapitre, où l'on rencontre la rune SOWILO, le soleil victorieux, cette étoile brillante qui éclaire le chemin, mais laisse aussi des ombres féroces derrière elle.

Les batailles ont laissé leurs marques sur Sven, notre vaillant guerrier. Des cicatrices comme des stigmates, des souvenirs de douleur et de courage. C'est un héros, certes, mais un héros marqué, abîmé, ébréché. Son sourire est une grimace, sa démarche est une claudication. C'est le prix de la victoire, le coût de la rune SOWILO.

Il triomphe, oui, le bougre ! Il triomphe sur les cadavres de ses ennemis, sur les champs de bataille dévastés, sur les terres qu'il a défendues. Il triomphe sous le regard du soleil, cet astre victorieux qui brille d'une clarté implacable.

Mais le soleil, aussi éclatant soit-il, projette aussi des ombres. Des ombres longues, des ombres sombres, des ombres inquiétantes. C'est le revers de la victoire, le côté obscur de la rune SOWILO.

Sven a gagné, mais il a perdu. Perdu des amis, perdu des proches, perdu des parties de lui-même. Il porte le fardeau de ses victoires, le poids de ses réussites, la lourdeur de ses triomphes. La rune SOWILO lui donne la victoire, mais lui vole aussi quelque chose.

La joie de la victoire est amère dans sa bouche. Il a triomphé, oui, mais à quel coût ? Qu'a-t-il sacrifié pour cette victoire ? Qu'a-t-il laissé derrière lui pour atteindre ce sommet ?

C'est ça, la rune SOWILO, c'est ça, le soleil victorieux. C'est cette victoire teintée d'amertume, cette joie mêlée de tristesse, cette triomphe couplé de perte. C'est la douceur et la douleur, la clarté et l'ombre, la victoire et le coût. Sven est victorieux, mais il porte aussi les stigmates de ses batailles, les cicatrices de ses victoires. Il est le soleil, mais aussi l'ombre. Il est SOWILO, le soleil victorieux.